Décidément, la Place des Terreaux à Lyon semble se prêter aux jeux de boules : après le spectacle pyrotechnique pour la fête des lumières en 2005 (http://www.leprisonnier.net/p54.php3) et l’installation de ballons aériens pour celle de 2006 (http://www.leprisonnier.net/p54.php3), la place vient de vivre une nouvelle invasion éphémère de rôdeurs : ce matin gris du 27 janvier, une myriade de ballons blancs avait envahi l’espace autour de la fontaine Bartholdi, dans un ballet léger et bien réglé.

S’agissait-il d’une surprise réservée par les éditions Yris à Patrick Ducher et Jean-Michel Philibert pour la 2e édition du Prisonnier, une énigme télévisuelle (http://forum.leprisonnier.net/viewtopic.php?t=1115) ? D’un remake impromptu de la scène de « l’Arrivée » ? D’une pub géante pour un magasin de farces et attrapes ?

Que nenni ! Cette installation de 127 ballons gonflés à l’hélium, baptisée Sph’Air, était l’œuvre éphémère de 2 artistes plasticiens, Marie-Hélène Richard et Stephan Bohu, réalisée dans le cadre de l’année internationale de la chimie : il s’agissait de matérialiser l’air pour sensibiliser le public à sa qualité et aux solutions mises en place par l’industrie chimique pourl’améliorer.

Les ballons étaient fixés sur des tiges métalliques souples prolongées de pieds demi-sphériques, sur lesquels étaient inscrits des verbes comme dépolluer, respirer, etc. Molécules ou nuées brumeuses posées sur la place selon les termes de Stephan Bohu, ces rôdeurs écolos formaient un ensemble poétique, géométrique ou bulbeux selon l’angle de vue, mobile au gré du vent et surtout des passants : la tentation était grande en effet de les pousser en passant au milieu, voire, pour ceux qui n’étaient pas sensibles à leur beauté, de les faire exploser.

Le lendemain matin, le périmètre était bouclé et surveillé par des agents de sécurité. Il a ensuite été réouvert, mais les passants trop tactiles se faisaient copieusement engueuler par les gardiens du Village : ces boules blanches devenaient finalement étouffantes…

3 autres installations avaient simultanément lieu à Lille, Marseille et Paris, avec les 2 mêmes artistes pour cette dernière ville, où ils avaient conçu une sorte de dôme en roses plastiques recyclées intitulée Rosae plasticae : magnifique ! Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site de l’année internationale de la chimie (http://www.lartenlamatiere.fr/#/4-villes-4-oeuvres/le-dispositif/) qui propose notamment une interview des artistes, ainsi que le blog de Marie-Hélène Richard (http://www.mhr-artinsitu.blogspot.com/).